Mode : comment réduire l’impact écologique ?

Le sujet de la pollution de la planète n’est étranger à personne. Plusieurs secteurs sont en cause, surtout celui du textile et de la mode. La surconsommation est à un niveau si élevé que chaque année on compte plus de 100 milliards de vêtements et accessoires vendus à travers le monde. Ce chiffre représente le double de la consommation en seulement 15 ans. Il est urgent de mettre en place les stratégies efficaces qui permettront de réduire l’impact écologique de la mode.

Consommation made in France et le maillon « transport » dans la mode

L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde. En effet, l’utilisation de substances chimiques pour la production des fibres, le gaspillage des matières premières induit par la surconsommation de vêtements et la pollution liée au transport sont des facteurs qui témoignent de ce phénomène. La mode Made in France permet de limiter de maillon « transport ».

Produire et consommer made in France est un pas gigantesque pour l’écologie. Toutefois, il est possible d’aller plus loin en privilégiant un écosystème local. Les ateliers de confection pourront s’installer à proximité des autres maillons de la chaîne de fabrication des produits finis. Par exemple, l’atelier de la marque peut être à moins d’une dizaine de kilomètres de l’atelier de teinture. Il s’agit également d’une excellente solution pour la création d’emploi et l’utilisation de la main-d’œuvre locale. Les vêtements et accessoires de mode made in France tels que certains accessoires cheveux ou les foulards fabriqués en France sur le-foulard-francais.fr sont à privilégier aux produits importés.

vêtements écorespondables

Optez pour une mode écoresponsable

Selon une étude réalisée en 2017, la production de vêtements, chaussures et linge de maison au sein de l’Union européenne engrangeait 1,3 tonne de matières premières et 104 mètres cubes d’eau par individu. Ceci a pour conséquence la production de 20 % des eaux usées mondiales. En ce qui concerne les gaz à effet de serre, l’industrie textile produit chaque année environ l’équivalent de 654 kg de CO2 par personne.

Le pouvoir de changer les choses revient en partie aux consommateurs qui devront changer leurs habitudes en achetant moins. Une fois la demande réduite, les producteurs pourront suivre le pas en produisant en quantités réduites de la bonne qualité de vêtements. Une baisse de la demande de vêtements et la recherche d’une meilleure qualité permettraient une production écoresponsable en ce sens que les matières premières telles que le coton pourraient être biologiques, donc sans utilisation de pesticides. Cela est bénéfique lorsqu’on sait que le coton est la principale culture consommatrice de pesticides.

Avec la diminution de la production de coton et par conséquent celle de textile, nous ferons face à une utilisation réduite d’eau pour la production et la fabrication des vêtements. Aussi, l’absence de produits chimiques dans le textile conduirait à l’absence d’eaux usées et de microparticules de plastique dans l’océan.

La chaîne finale de la fabrication du produit -l’emballage- n’est pas non plus à négliger. Se servir d’emballages sans aucun plastique et biodégradables de surcroît serait un atout majeur pour réduire l’impact écologique. Pour finir, la communication des entreprises centrées sur le digital réduirait considérablement l’utilisation de papier, ce qui serait également bénéfique pour l’environnement.

En somme, vous savez maintenant comment réduire l’impact écologique de la mode. Seule la mise en pratique de ces stratégies permettrait l’atteinte des objectifs pour une mode beaucoup plus écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut